Exposition CDI classe défense

Les élèves de la classe DSG (Défense et Sécurité Globale) ont exposé au CDI leur travail sur les commémorations du centenaire de la première guerre mondiale.

 Au premier trimestre, ils ont été aux Archives des Armées, à La Corderie, entrée de l'Arsenal, et ils ont fait des recherches sur des marins morts pendant la guerre de 14/18, plus exactement sur le naufrage du croiseur cuirassé Léon Gambetta, coulé par un sous-marin autrichien en 1915. Le 11/11/18, ils participaient aux commémorations de l'Armistice, place Gabriel Péri à Toulon, et le 22 novembre, ils faisaient un compte rendu de leurs recherches aux plus hautes autorités maritimes de la Région.
C'est tout ce travail que Hana, Gwenaëlle, Btissam, Anis, Damir, Améra, Jonathan, Inès, Ikhlas, Nathan, Meya, Dylan, Fiona et Sarah ont choisi de présenter dans cette remarquable exposition.
 
Un grand bravo aux élèves et à leurs professeurs.




Commémoration exceptionnelle aux marins

Une commémoration exceptionnelle a eu lieu le jeudi 22 novembre. Il s'agissait de rendre hommage aux marins morts pour la France lors de la Grande Guerre, marins trop souvent oubliés lors des hommages de la Nation.

D'un avis unanime, les commémorations du centenaire de la fin de la première guerre mondiale ont été une réussite. Pour le 11 novembre, par exemple, à Toulon, place Gabriel Péri, au monument aux morts, où de nombreux élèves étaient présents, le maire de Toulon, Hubert Falco, a montré l'importance de l'implication de nos poilus aux regards de l'Histoire. Il a aussi fait le lien avec les élèves des écoles, collèges et lycées venus en masse assister aux commémorations, lien indispensable des jeunes générations avec leurs aînés, jeunes générations qui doivent entretenir le souvenir de ceux et celles qui sont tombés pour la France, de ceux et celles qui ont fait la France, une France aux valeurs extraordinairement belles, une France de Liberté, d'Egalité, de Fraternité, mais aussi une France démocratique et laïque.

Ainsi, jeudi 22 novembre, les élèves de la classe Défense du collège Maurice Genevoix, avec Mme Leconte, M. Moumen et M. Marzo, ceux du Lycée Bonaparte et de l'école primaire du Pont de Suve de Mme Vivant (avec Mme Farsac et M. Oberlin) étaient rassemblés à la nécropole nationale de Saint-Mandrier.

Après la sonnerie du "cessez le feu" et différents discours de personnalités, les élèves plantaient un olivier de la paix, puis déposaient avec les élus présents et représentants des associations des gerbes devant le monument aux morts. Minute de silence, Marseillaise, salutations républicaines des autorités. Puis chaque élève, muni d'un bouquet aux couleurs nationales, est allé fleurir la tombe de son choix.  La cérémonie s'est achevée par un apéritif fort apprécié. Les élèves ont ainsi pu discuter avec les autorités civiles et militaires présentes.
Mais l'hommage n'était pas pour autant terminé pour nos élèves.
Après un bon repas au Pôle Ecole Méditerranée, les élèves sont allés en bus vers la Base navale où ils ont pu visiter l'arsenal.

Ensuite, direction le conservatoire des tenues pour présenter le travail des élèves. Il s'agissait d'un travail de recherche sur les marins tombés lors de la première guerre mondiale. Les élèves ont été accueillis par le Service historique de la Défense. Ils ont fait des recherches dans les archives sur le naufrage du Léon Gambetta, en 1915. Petit rappel historique : le naufrage du Gambetta est l'une des pires catastrophes qu'ait connue la Marine nationale. Le navire, avec à son bord le glorieux amiral Sénès, natif de Toulon, a été torpillé par un sous-marin autrichien, à l'entrée de la mer Adriatique. Le navire a vite sombré, avec près de 700 marins, dont tous les officiers et l'Amiral Sénès. Prés d'une centaine de marins ont pu êtes secourus par la marine italienne.

Les élèves ont fait des recherches sur plusieurs marins disparus. Ils ont imaginé leurs derniers instants avant une mort certaine. Tout cela grâce aux archives et  aux ressources internet. Ils ont aussi retrouvé, grâce à Mme Vivant, la trace des descendants de marins disparus, et particulièrement celle d'un marin breton, Pierre Jean Person. Sa petite- fille, Annie Stich, a été très émue de cet intérêt pour son grand-père. Elle a envoyé plusieurs documents personnels à M. Marzo, qui a pu, avec les élèves, retracer son histoire.

Ce jeudi était donc celui de la restitution du travail. Après plusieurs allocutions, les élèves ont rendu hommage à ces marins morts pour la France. Les officiers de Marine présents et les personnalités ont écouté avec attention les enfants. Très émus, ils ont remercié les élèves et leur ont fait des cadeaux mérités.

Les élèves ont donc vécu une belle expérience pédagogique, et les marins, tout comme les anciens combattants ont été particulièrement heureux de ces contacts et de l'intérêt que les jeunes leur ont portés.

M. Marzo.




«